Les colonies israéliennes de peuplemement et d'occupation en Cisjordanie


 
 
 

Colons....

Les colonies israéliennes (également dénommées colonies juives, ou implantations israéliennes) désignent des communautés de peuplement et d'occupation des terres qui furent établies par l'État d'Israël sur des territoires conquis lors de la Guerre de 1967 en Cisjordanie, à Jérusalem-est, dans la Bande de Gaza, sur le plateau syrien du Golan et dans le Sinaï.
A l’heure actuelle, la Cisjordanie est toujours entièrement occupée militairement. Jérusalem-Est ainsi que le plateau syrien du Golan sont non seulement toujours occupés militairement, mais on été annexés par l’Etat d’Israël en 1967 pour Jérusalem-Est, et en 1981 pour le plateau syrien du Golan.

Suite aux Accords de Camp David en 1982, les colonies du Sinaï furent évacuées et en 2005, la totalité des colonies de la bande de Gaza furent démantelées et leurs habitants délogés par l'armée israélienne. Selon les sources, en 2007, entre 144 et 149 colonies abriteraient une population totale variant de 450.000 à 475.000 habitants (en incluant Jérusalem-Est). Les différents gouvernements israéliens ont accordés certains privilèges fiscaux ou sociaux dans le but d'encourager l'installation des colons.

Depuis 1967, quelque soit le parti au pouvoir, l'État israélien implante continuellement des colonies en Cisjordanie ; le mouvement s'amplifie en 1974 avec la création du Goush Emounim (bloc de la foi) suivi par le Parti national religieux et le Likoud, puis en 2000, avec le gouvernement d'Ariel Sharon.

Les termes « implantation » ou « agglomération juive » sont utilisés par le gouvernement israélien pour désigner ces colonies, mais ne correspond pas à une dénomination admise selon le droit international. Considérées par l'ONU comme en violation de la IVe Convention de Genève, les colonies de Cisjordanie et de Jérusalem Est sont « illégales et constituent un obstacle à la paix et au développement économique et social » des territoires palestiniens.

Ces colonies israéliennes sont, selon le journal suisse Le Temps du 27 septembre 2010, exclusivement peuplées de Juifs ou de personnes ayant utilisé la loi du retour. Mais quelques 25.000 Palestiniens y travailleraient régulièrement, majoritairement dans la construction des bâtiments.

Suivant l’ONG israélienne B’Tselem, à la fin de 2009, il y aurait 124 colonies israéliennes en Cisjordanie (Jérusalem-Est non incluse). 121 colonies ont été établies avec une reconnaissance officielle du gouvernement israélien. Les autres 3 ont été établies en tant que colonies de l’armée et depuis lors, rendues civiles par le gouvernement, bien qu'aucune décision officielle sur la matière n'ait été annoncée. Environ 100 autres colonies sont généralement désignées sous le nom de « outposts ou avant-postes » et sont disséminées dans l'ensemble de la Cisjordanie. Ce sont des colonies en général plus petites qui ont été établies avec l'aide de l’Etat israélien, mais ne sont pas officiellement reconnues. Le « outpost ou avant-poste » constitué de baraquements est souvent le premier stade de développement d’une colonie.

À Jérusalem-Est et ses environs, annexés à la municipalité de Jérusalem après 1967, il y a 12 grands ensembles israéliens qui sont considérés comme des colonies au regard du droit international. En outre, des enclaves de colonisation ont été construites au cœur des quartiers palestiniens dans ce secteur, avec le soutien actif de l’Etat israélien et la municipalité de Jérusalem.
En 2008 il y aurait environ 478.000 colons habitant en Cisjordanie : 188.100 dans les environs de Jérusalem-Est, selon l'institut de Jérusalem pour les études d’Israël, et quelques 290.700 dans le reste de la Cisjordanie, selon le Bureau central de statistique d'Israël (CBS).
En 2009, selon CBS, le taux de croissance de la population des colons (à l'exclusion de Jérusalem-Est) était presque trois fois plus élevé que celui de la population globale en Israël : 5,3% et 1,8%, respectivement. Quelque 30% des nouveaux habitants des colonies sont composés d’israéliens qui ont été relogés depuis l’intérieur d’Israël ou de nouveaux immigrants vers Israël qui se sont établis dans ces colonies.

Le système de colonisation est accompagné d’une exploitation intensive des ressources terrestres et naturelles, et particulièrement de l’eau (on estime qu’un colon israélien consomme 5 fois plus d’eau qu’un habitant palestinien, dont la consommation est, elle, contingentée). Bien que des sondages indiquent que les colons religieux ne sont pas très appréciés par la majorité de l’opinion publique israélienne, le gouvernement poursuit néanmoins sa politique d’armement et de défense des colonies « officielles », subventionnant leurs services et logements et leur fournissant des routes spéciales de contournement qui sont interdites aux palestiniens.

D’après une étude effectuée par le quotidien israélien Ha’aretz, le gouvernement israélien dépenserait environ 550 millions de dollars par an pour les colonies, hormis les dépenses de sécurité et les dépenses militaires (http://www.medea.be/index.html?doc=41).

texte basé en partie sur Wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Colonie_israélienne)

 
 
 

 

....et colonies

 
 

 
 
 
 

Voir ici l'article de Anne Solesne Tavernier "Le prix de la colonisation" (septembre 2011)

 


La colonisation, sans cesse...(esquisse de Philippe Rekacewicz, septembre 2011)
extrait de l'article de Dominique Vidal "Un Etat palestinien, mais lequel ?", publié le mercredi 14 septembre 2011.


 

Plus d’informations sur les sites de :
Who Profits / Coalition of Women for Peace

B'Tselem
B’Tselem est une ONG israélienne et se présente comme le centre israélien d’information pour les droits de l’homme dans les territoires occupés. Le mot B’Tselem signifie « à l’image de » et provient du verset 1:27 de la Genèse : « Et Dieu a créé l’homme à [son] image. »

Americans for Peace Now (APN)
Welcome to the Americans for Peace Now map. You can use this map to explore the data we have collected about settlement activity in the West Bank.

 

 

> la plupart des illustrations sont actives. cliquer dessus <

 

les articles et les textes repris sur cette page ne reflètent pas nécessairement les opinions de l'asbl "artistes contre le mur".
ils sont publiés à titre informatif, et n'engagent que leur auteurs. les droits d'auteurs et de copie restent d'application.

 
dernière modification
06-Jan-2015

Artistes contre le mur
asbl constituée sous le numéro d’entreprise 0878.281.748